Parachutistes rockeurs et Lego se lèvent contre Poutine

La colère continue de gronder en Russie. Après d’importantes manifestations anti-Poutine qui ont réunit des dizaines de milliers de Russes tout au long du mois de décembre, l’opposition s’illustre par des méthodes originales. Après une marche de jouets militants dans la neige d’une ville de province, c’est un groupe de parachutistes rockeurs qui fait le buzz. Vladimir Poutine n’a qu’à bien se tenir.

Un policier russe photographie des jouets militants et leurs banderoles.

La vidéo fait le buzz depuis une semaine sur le net. Un groupe de parachutistes russes s’est enregistré dans une cave en train de dénoncer la politique de Vladimir Poutine. « Tu as détruit le système de défense, tu as trahi l’armée, tu te fiches des soldats et des officiers, on ne te permettra plus de voler le pays, nous sommes une escouade de la liberté, la mère patrie est avec nous », chantent les quatre hommes, bérets sur la tête, médailles au torse. « Dégage tyran ! », réclament-ils, forts de plus d’un million de visionnages et d’une tempête de commentaires.

L’institution militaire russe s’est dite scandalisée par la démarche, dénonçant de son côté le manque de sérieux des parachutistes en question. Selon Alexandre Solouyanov, porte parole d’une association parachutiste et vétéran de l’Afghanistan, les sentiments évoqués par la chanson ne sont pas représentatifs de sentiments en cours sur les rangs. Officiellement, rien à voir donc avec les réformes entamées dans l’armée par l’actuel Premier ministre, deux fois président.

La vidéo, si elle prête à sourire, illustre aussi de la diversité des manifestations qui se multiplient en Russie contre l’homme fort au pouvoir. Dans un autre genre, c’est une armée de jouets qui est montée à l’assaut de la mairie de Barnaul au début du mois de janvier. Des centaines de Lego et de peluches brandissant des banderoles ont ainsi protesté contre l’interdictions de manifestations publiques. Un moyen de contourner les autorisations réclamées pour pouvoir défiler dans les rues.

Ces démarches, motivées par des objectifs totalement différents, sont autant d’avatars du rejet de Vladimir Poutine manifeste en Russie depuis le mois de décembre. Alors que des dizaines de milliers de Russes ont manifesté dans les rues de Moscou et des grandes villes russes pour dénoncer des fraudes lors des élections législatives, Vladimir Poutine prépare la prochaine élection présidentielle. Le passage par les urnes, prévu le 4 mars prochain risque d’être agitée.

A la tête des mouvements d’opposition, des personnages que tout oppose sont sortis de l’ombre et se retrouvent dans cette volonté de dire non à Poutine. De l’avocat Alexey Navalny, connu pour son combat contre la corruption, à dissidente soviétique Lyudmila Alexeeva, militante historique pour les droits de l’homme en passant par l’opposant traditionnel et champion d’échec Garry Kasparov, les figures qui se lèvent contre le Premier ministre se diversifient. Autant de voix pour réclamer une autre politique, après plus de douze ans de règne de Vladimir Poutine.

Photo : DR

A propos de l'auteur

Journaliste indépendant, Romain Mielcarek s'est spécialisé sur les thématiques liées à la défense et à la diplomatie. Il travaille régulièrement pour RFI, Atlantico, Slate, Défense et Sécurité Internationale et Pays Emergents. Doctorant en sciences sociales, il mène une thèse sur l'influence de l'armée française sur le récit médiatique de la guerre en Afghanistan. Membre de l'Alliance Géostratégique, il a participé à la rédaction des ouvrages "Les guerres low-cost" (Esprit du Livre / 2011) et "Stratégies dans le cyberespace" (Esprit du Livre / 2011).

Nombre d'entrées : 941

Laisser un commentaire

© 2009-2013 Romain Mielcarek

Retour en haut de la page